Eric Duvalet explique : Les différentes mafias italiennes

Eric Duvalet explique : Les différentes mafias italiennes

Longtemps idéalisées à travers le médium filmique, les différentes mafias italiennes qui sévissent en Italie n’ont pourtant rien de divertissant affirme  Eric Duval, notre expert. Celui-ci explique qu’il y a plusieurs groupes : la Cosa Nostra, la Camorra, la Sacra Corona Unita, la ‘Ndranghheta. Les mafias font régner un climat de crainte dans le pays et y imposent la loi du silence.

Les organisations mafieuses italiennes se divisent en plusieurs régions. La Cosa Nostra, sans doute la plus connue, sévit en Sicile. Elle excelle dans le trafic illicite de stupéfiants. L’ancienne série La Piovra, avec Michele Placido dans le rôle principal, en a fait son sujet principal. Cette série dénonce la violence et les abus commis par la mafia sicilienne. La Camorra, quant à elle, s’est implantée à Naples. Elle se distingue de par ses clans vivant d’extorsions diverses. Selon Eric Duval, la mafia urbaine a fait l’objet d’un livre, Gomorra, dont l’adaptation télévisée est de nos jours fort prisée. La Sacra Corona qui prend place aux Pouilles procède à des trafics d’armes et participe au trafic humain. En Calabre, la ‘Ndrangheta a fait naître la terreur par le biais de ses enlèvements. Elle entretient un lien privilégié avec des Cartels internationaux et s’adonne à des actions frauduleuses.

Eric duval mafia

Chacun de ces groupes occupe donc un lieu précis et y exerce presque librement une forme de pouvoir absolu. La notion de mafia prend naissance au XIXème siècle. La Cosa Nostra est le premier groupe à se former. Dirigée à l’origine par Toto Riina, cette mafia prit progressivement possession des propriétés agraires siciliennes et s’intéressa aux transactions commerciales. Son intervention dans le domaine politique reste également notable. Dès 1950, la Cosa Nostra s’empara du marché de la drogue. Les autres groupes mafieux ont suivi le chemin.

Cette volonté de dominer se caractérise par des actes d’intimidation perpétrés à travers le pays, des contraintes exercées à l’encontre de la population. Il est connu que beaucoup de restaurateurs, en Sicile notamment, doivent payer une rente aux mafieux afin de ne pas subir de représailles. Ceux qui se sont opposés à ce principe ont dû être placés sous protection policière. Le but de ces différentes mafias étant de diriger le pays, d’y imposer ses règles immorales et de bénéficier de toutes sortes de privilèges: contrôler les marchés illégaux, blanchir de l’argent, commettre des actes criminels impunément, récolter les biens et les richesses d’autrui. D’un point de vue politique, la mafia tente aussi de s’infiltrer dans le gouvernement afin de diriger d’une main de fer l’Italie. Parfois sujet tabou, les mafias, féroces, sont de plus en plus dénoncées ouvertement dans le pays.

L’Italie et ses habitants sont les proies des actions criminelles de la mafia qui font rage au sein du pays, le plus souvent dans les régions les plus fragilisées. La population tout comme certaines personnes influentes se trouvent sous la botte de ces différentes mafias dont on ne compte plus les victimes.

D’après notre expert Eric Duval, la mafia a récemment changé de stratégie en Italie. En effet, le 19 Mai 2019, un article paru sur Europe 1 explique comment Matteo Salivini, exclu du gouvernement italien s’est retrouvé accusé de corruption et de coopération avec des organisations mafieuses, dont une société spécialisée dans les énergies renouvelables.

Cela tend à prouver que l’image très célèbre du parrain faisant régner la terreur a fait son temps. Désormais, selon M. Duval, la mafia italienne mise sur une toute nouvelle stratégie, les gros flux financiers. Ils cherchent à investir dans des entreprises de paris en ligne situés à Malte, ou encore des opérations de trading entre la Croatie et l’Italie.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *